• ads
annie 74 ans

Annie, retraitée, 74 ans : « Vivre dans une voiture avec mes deux chiens, je n’en peux plus ! »

De Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
. Société
11 janvier 2019
868 Vues
Mike Borowski
Mike Borowski
Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer

Depuis ma tendre jeunesse on m’a toujours expliqué que le système social national avait pour objectif la solidarité permettant à tout un chacun de vivre décemment, empêchant la propagation de la pauvreté et tout le blabla de nos élites cosmopolites. Cette socialisation à outrance de notre société est en réalité haïssable, elle est une des causes de la précarisation de notre classe moyenne. Cette dernière par la faute d’un pouvoir idiot et préférant l’autre aux siens, tombe peu à peu dans la misère.

On ne parle pas là de marginaux, de gens vivant de l’alcool ou en marge de la nation. Non ce sont des Français comme vous et moi, ayant étudié, avec un métier spécifique, le père de famille étant paysagiste de profession. Cette situation ubuesque peut toucher chacun d’entre nous. Le chômage, les impôts confiscatoires, et ce maudit RSA maintenant les uns et les autres dans cette perversité, tout le monde peut y tomber dans une période de sa vie.

Jamais le social n’a été aussi important plus de 700 milliards d’€ par an et jamais la pauvreté n’a été aussi importante, cherchez l’erreur. On parle beaucoup de solidarité mais pour qui et pourquoi ? Pour ceux qui trichent, qui volent, pour les professionnels de la vie d’assisté, pour tous ceux dont nous n’avons aucunement besoin. La générosité nationale subventionnant la belle vie de l’autre, celui qui existe pour profiter. Il est vrai que l’idéologie dominante dans notre hexagone est de gagner beaucoup d’argent, sans se donner les moyens tout en étant célèbre. Devenir une star du grand écran, sans talent aucun. Ils ont peut-être raison au vu de la production d’acteurs ou de chanteurs ratés vivant de gros cachet…

Les rues sont devenues des nouvelles maisons où se bousculent les déshérités toujours plus nombreux chaque jour. Mais passons, les nôtres, ceux ayant besoin de ce coup de pouce éphémère permettant à ces innombrables sans-grade que nous sommes de construire une existence travailleuse et honnête, ceux-là seront chassés. On ne veut plus de vous, on ne veut plus de nous, nous sommes à débarrasser le plus loin possible des yeux de cette bien-pensance méprisant les femmes et les hommes ayant fait l’histoire de France.

C’est la malheureuse histoire d’Annie 74 ans obligée de vivre dans sa voiture, sans toit,  à qui l’on refuse un toit et qu’on laisse vivre sous une tente dans le froid entassée à plusieurs.

Pourtant M. Macron annonçait il y a quelques jours au sommet en Allemagne qu’il ferait loger tous les migrants un peu partout en France avec en prime la petite allocation d’attente avant l’attribution du sésame de l’asile, car comprenez nous devons être humain, avec les autres bien entendu. Les nôtres vous savez ce qu’il en sera.

Pendant ce temps-là Annie dormira dans sa voiture, implorant un prochain hiver doux, pour ne pas mourir d’hypothermie. Seul le ciel peut donc l’aider. Les pouvoirs publics, les collectivités locales, les associations et tout ce qui s’en suit, eux préfèrent les migrants. C’est la nouvelle France qui s’offre à nous.

SOURCE FRANCE 3

  • Commentaires

    Commentaires