• ads
article-51-algerie

Les algériens en France bénéficient d’une nouvelle aide, une réduction de 50% sur leurs transports

De Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
. Société
11 janvier 2019
945 Vues
Mike Borowski
Mike Borowski
Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer

Quand un pays préfère les étrangers à ses propres enfants, il disparaît inévitablement. Il n’est pas possible de garder une nation vivante et forte en reniant les siens sinon l’étranger s’accapare l’ensemble des biens, de la culture, des rites à son profit. Lévi-Strauss, à la fin de sa vie, disait qu’un peu de xénophobie est utile, puisqu’elle permet une défense de soi face à l’autre. Et l’autre en France est un envahisseur, il n’est pas un ami. Son objectif n’étant sûrement pas d’apporter une plus-value à notre France, mais de jouir de la générosité de son peuple.

Il n’a jamais été question pour ces immigrés comme veut bien nous le faire croire la propagande antiraciste de reconstruire le pays, d’y verser son sang ou que sais-je. Non il faut prendre ce qu’il y a à prendre, détruire ce qui a été érigé depuis des siècles et recoloniser afin de venger les aieux qu’ils affirment avoir été humiliés. Ils oublient d’ajouter qu’à l’époque le « colon » Français n’est pas venu en maître mais en ami, pour développer les contrés reculés. Les algériens de l’ancien temps regrettent cette époque plus favorable que l’actuelle. Mais passons. Et revenons au présent.

On me dit souvent que j’utilise les peurs, ou que je propage la haine, que toute façon toutes ces mesures anti-françaises se justifient ou que je raconte n’importe quoi puisque souvent les gouvernants cachent ces nouvelles et nos journaux n’informent plus. Je m’inscris en faux, je veux ouvrir les yeux de mes compatriotes, du traitement qu’ils subissent au profit d’autres, étrangers à notre sol. Qui dénoncera ces injustices si des médias de « réinformation » n’existaient pas ? Sûrement pas nos élites mondialisées affirmant chaque jour « circulez y a rien à voir ». Car comment expliquer les déficits publics de 2000 milliards d’€, ou son augmentation de 50 milliards en 1 trimestre, si les impôts des ménages et des sociétés Françaises explosent, si les allocations familiales des familles de la classe moyenne supérieur diminuent, si les services publics ne jouent plus leur rôle pour cause d’austérité, ou si les grands pôles régaliens tels la police ou l’armée voient leurs budgets diminués sans cesse ? La réponse est simple l’argent du social en faveur de l’immigration et de l’assistanat des banlieues, de la diversité etc. créent ces situations financières désastreuses. On ne peut logiquement pas augmenter un déficit en faisant des économies et en augmentant les recettes. Cela signifie que la part de ceux qui profitent du système augmente. Tout le monde peut le comprendre et il ne faut être grand clerc pour saisir ces façons de faire.

Je vais prendre un exemple tout simple, vrai et ne venant pas de mon imagination fertile.

Ainsi, j’apprends sur un site officiel algérien « Les sans-papiers en Île-de-France, dont les Algériens, bénéficient d’une nouvelle aide et ouvrent droit à une réduction de 50 % sur les tarifs de transports dans la région parisienne et ce, depuis le 1er novembre 2018. Ils doivent cependant être bénéficiaires de l’Aide médicale d’État (AME) destinée aux étrangers en situation irrégulière sur le territoire français. »

Donc un étranger arrivé illégalement sur notre sol la veille voit tous ces transports payés rubis sur l’ongle par le contribuable Français. Ce dispositif s’appelle le forfait « Solidarité », il coûte d’ailleurs très cher au contribuable et concerne 110 000 personnes par an. Sacré investissement pour des clandestins venus nous cracher au visage.

Je pose la question à la Gauche qui souvent vient nous rendre visite sur le site. Comment appelle-t-on le fait de soigner gratuitement un illégal et de laisser mourir sans le moindre soin un Français ? Comment s’appelle le fait de payer les transports des clandestins et faire payer ceux des Français ? C’est la préférence étrangère. Il n’y a pas d’autres mots et elle est injustifiable. Mais peut-être je me trompe ? Et je laisse juge le lecteur.

  • Commentaires

    Commentaires