• ads
robert-navarro

Un sénateur de Macron condamné à 3 mois de prison avec sursis pour avoir détourné 86000€, il reste sénateur

De Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
. Politique
17 janvier 2019
9084 Vues
Mike Borowski
Mike Borowski
Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer

Pas un jour ne passe sans qu’une affaire secoue la Macronie triomphante, et pas un jour sans que cette affaire n’aille dans les limbes de l’information. Il ne faut surtout pas savoir, ça impacte le pouvoir par conséquent il faut tout mettre sous le tapis. Les Français doivent rester ignorant de la réalité des choses, de ce qu’il se passe, de ce qu’il se fait.

La macronie est synonyme de la corruption d’Etat au profit de quelques-uns, d’une oligarchie s’arrogeant les moyens pour les mettre dans leur propre poche. On parlait de nouvelle politique, dans un nouveau monde, dans un nouveau siècle, la triste vérité c’est la nouvelle façon de récompenser ses amis et ses proches mais d’une façon plus moderne. On ne se goinfre pas en amassant les espèces mais en virant des sommes inimaginables sur son compte en banque, il est donc fini le temps des valises de l’époque chiraquienne.  Bienvenu dans la technologie du XXIème siècle.

Pire même dans le pur travail législatif, politique, technique et constitutionnel nos hommes modernes n’y comprennent rien, nos anciens étaient certes menteurs, voleurs, et escrocs au moins rendons leur grâce qu’ils connaissaient leur sujet. Ils savaient différencier la loi, du décret, ils parlaient sans note, avaient l’éloquence qui enrobaient les discours, force est de constater que certains brillaient par une intelligence supérieure. Aujourd’hui point de cerveau, que des idiots et des imbéciles, qui se sont amassés des petites fortunes grâce à l’argent des Français.

C’est le cas dernièrement du sénateur Navarro que « La cour d’appel de Montpellier a condamné pour abus de confiance, à 3 mois de prison avec sursis, 3 ans de privation de droits civiques et 30.000 euros d’amende pour chacun. Cette peine est similaire à celle de première instance et suit les réquisitions du procès en appel. »

Bien entendu ce monsieur reste sénateur, n’ayant même pas la décence de présenter sa démission. Ainsi, il se pourvoit en cassation suspendant de fait sa condamnation lui permettant de toucher sur tous les plans. Quel beau système n’est-il pas ? Un système à faire tomber avant que celui-ci ne détruise la nation. Y arriverons-nous ? Telle est la question.

SOURCE FRANCE 3

  • Commentaires

    Commentaires