• ads
macron honteux

Les gilets jaunes ont tout compris il faut changer les élites !

De Paul Le Réactionnaire, Blogueur et Youtubeur politique
. Politique
28 mars 2019
88 Vues
Paul le Réactionnaire blogueur « société »
Paul Le Réactionnaire
Blogueur et Youtubeur politique

Le 28 octobre 1934, à la tribune du Congrès radical, principal parti politique de feu la troisième république, Edouard Daladier, qui neuf mois plus tôt était encore président du Conseil, s’exclame : « Deux cents familles sont maîtresses de l’économie française et, en fait, de la politique française. Ce sont des forces qu’un Etat démocratique ne devrait pas tolérer, que Richelieu n’eût pas tolérées dans le royaume de France. L’influence des deux cents familles pèse sur le système fiscal, sur les transports, sur le crédit. Elles interviennent sur l’opinion publique, car elles contrôlent la presse ».

Cette légende des deux cents familles hante encore, presque un siècle plus tard, la vie politique française. Il n’y a que la nature de ces fameuses deux cents familles qui varie selon les locuteurs : les régents de la Banque de France pour Edouard Daladier, les juifs pour les antisémites (en 1937, dans Bagatelles pour un massacre, Céline écrivit : « On parle des deux cents familles, on devrait parler des cinq cent mille familles juives qui occupent la France »), les bourgeois pour les communistes, les tenants de la finance pour les socialistes. Comme tout mythe, cette fable politique et historique a permis, couplée à certaines autres, l’imposition d’une idéologie de gauche dans la psyché française et a conduit à de dramatiques errements de gouvernance.

Les français sont donc tous de gauche. Les Gilets Jaunes pas plus que les autres. Les français sont tous de gauche car biberonnés dès l’enfance à la haine du riche ; qu’il soit noble ou bourgeois. Aux riches et à toute idéologie qui, de près ou de loin, le défend. Le riche est devenu bouc émissaire de tous les maux et l’explication à l’incompétence de nos politiques. L’élite se protège derrière ce mythe. Protection offrant l’inaccessibilité.

Ainsi, s’ils paraissent s’approprier des discours de gauche, les Gilets Jaunes ne le font pas plus que l’ensemble des français. Mais, à l’inverse de ceux qui ne manifestent pas, ils ont compris que le choix d’une élite capable est une impérieuse nécessité. Car voilà, sans que jamais il ne soit clairement prononcé, le désir des Gilets Jaunes : le changement d’élite.

Il ne faut pas être grand clerc pour s’apercevoir que notre actuelle élite est d’une crasse incompétence et mène notre nation et notre continent dans le mur du Tiers-Monde. Il est impératif aujourd’hui de se souvenir que la Chine n’apparait véritablement sur la scène économique internationale qu’en 2001 lorsqu’elle rejoint l’OMC. À cette époque, pas si lointaine du reste, la Tunisie était classée dans les dix plus grandes puissances mondiales. Elle ne l’est plus dans les trente. En vingt ans, l’ensemble des cartes ont été rebattues. L’Asie est entrée en force dans la cours des grands et a bousculé l’ensemble des pays européens et nord-africains. Si nous ne saisissons pas que les modèles économiques sont en train de changer, notre destin peut être celui d’un déclassement comme l’ont connu la Tunisie ou l’Algérie.

La crise est l’actuelle normalité du monde. Elle a commencé en 1997 au Japon et ne s’en est jamais allée. Parfois, des soubresauts apparaissent ; l’un est d’ailleurs attendu prochainement. Dans un tel monde, l’élite ne peut pas être seulement gestionnaire. Elle se doit d’être technicienne et innovatrice. Il est donc temps de changer d’élite qui se croit vivre dans un monde ancien (celui des années 80-90) et qui ne propose rien si ce n’est une gestion tranquille.

Concrètement, l’avenir n’appartient plus au débat et à la polémique partisane mais à la politique a-partisane. Les Gilets Jaunes ont ouvert la voie ; bien qu’ils ne la suivent pas toujours. La récupération politique démontre une pensée résiduelle de l’ancien monde.

Ainsi, malgré sa violence condamnable, ses paradoxes et ses stupidités intrinsèques à tout mouvement populaire, le mouvement des Gilets Jaunes est la première pierre posée d’un monde nouveau. Laisser l’avenir à l’idéologie de gauche serait une erreur. La droite doit prendre en main ce mouvement et devenir l’élite de demain. Seule la droite a, historiquement démontrée, qu’elle savait être a-partisane. Impérieuse nécessité du retour au gaullisme !

 

  • Commentaires

    Commentaires