• ads
kelly

Christine Kelly journaliste : « Les députés battus toucheront 102 000 euros d’allocations chômage sur 3 ans »

De Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
. Politique
8 juin 2017
701 Vues
Mike Borowski
Mike Borowski
Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer

Moi qui m’inquiétais du devenir de tous ces députés qui perdront leur place à l’Assemblée nationale et bien non, puisque j’apprends ce jour par la journaliste et ancienne membre du CSA Mme Christine Kelly que ceux qui connaîtront la défaite toucheront 102 000 € d’allocations chômage sur 3 ans. Voici son tweet.

J’ai fréquenté professionnellement ces deux chambres pendant de nombreuses années, même s’il est vrai que je connais mieux le Sénat. J’ai fait mon travail parlementaire, rédigé des textes de lois dont le service civique, des amendements, des questions écrites ou orales (celles qui passent sur France 3) au gouvernement, des rapports parlementaires, j’y ai organisé des réunions, des colloques, des visites. Bref j’ai toute légitimité d’en parler sans me tromper.

Je peux dire par expérience du métier d’attaché parlementaire (même si cela va me valoir les foudres de députés et sénateurs, mais je m’en moque) que souvent ceux-ci ne savent rédiger ni une loi ni une question au gouvernement. Cela m’est arrivé. J’étais frustré de savoir que j’avais plus de capacité intellectuelles et professionnelle, tout en étant dans l’ombre et mal payé, en sortant de la l’université qu’un sénateur avec 30 ans de politiques derrière lui. Si des jeunes collaborateurs comme j’ai été n’existait pas, ils ne sauraient même pas écrire un courrier à un administré. Les gens le savent et ne le comprennent pas. Moi-même je ne le comprends pas.

L’Etat ne peut plus se permettre de rétribuer à prix d’or des gens qui ne pourraient même pas balayer les rues (avec tout le respect que j’ai pour les éboueurs qui font un dur métier). Dans le privé la plupart de ces salariés ne dépasseraient pas les 3 mois d’essais. Seulement cela arrange les gouvernants d’être entourés d’incapables, ne sachant rien des institutions, du droit, de l’humain ou de l’économie, car cela permet de rester au pouvoir. Le système de vote et des partis actuel maintient ainsi un statut quo, que nos élites mondialisées veulent éternelles. Normal puisque le système est gagnant/gagnant, mais pour leur poche. Jusqu’à quand ?

  • Commentaires

    Commentaires